Photo de la coupole : saint Vincent de Paul au pied du Christ. Paroisse Saint-Vincent-de-Paul, 5 rue de Belzunce, 75010 Paris, 01 48 78 47 47. Paroisse Saint-Vincent-de-Paul
Accueil du site > Notre église : art et culture > Orgue et concerts > Les Orgues de Saint-Vincent-de-Paul

Les Orgues de Saint-Vincent-de-Paul

L’église de Saint-Vincent-de-Paul a la chance de disposer de deux instruments remarquables, tous deux dus au célèbre facteur d’orgues Aristide Cavaillé-Coll.

Aristide Cavaillé-Coll

Né en 1811 d’une famille de facteurs d’orgue, Aristide Cavaillé-Coll quitte Toulouse pour remporter en 1841, avec son père et son frère, le concours pour la construction du grand orgue de l’abbaye royale de St- Denis - ce qui lui donne la possibilité de faire connaître son talent et ses capacités d’innovation. Il installe à cette époque ses ateliers dans la « Nouvelle Athènes », un des quartiers de Notre-Dame de Lorette (paroisse voisine), pour laquelle il construit l’orgue en 1838.

Il réalise ensuite, jusqu’à sa mort en 1899, plus de 500 instruments en France et à l’étranger ;
Liste des orgues réalisés à Paris : les orgues de la Madeleine (1846), St-Sulpice (1862), Notre-Dame de Paris (1866) et du palais du Trocadéro pour l’Exposition Universelle de 1878 ;

Le square devant l’église Saint-Vincent-de-Paul porte, très à propos, le nom de « square Cavaillé-Coll ».

Photo du grand orgue

Le Grand-Orgue

Le Grand Orgue de l’église Saint-Vincent de Paul fut commandé à Aristide Cavaillé-Coll par le Conseil de Fabrique en 1850. Il fut inauguré le 26 janvier 1852 sous les doigts d’Alfred Lefébure-Wely et Peter Cavallo (organiste titulaire à cette époque).

Le Grand Orgue possédait 47 registres (2868 tuyaux) répartis sur 3 claviers et un pédalier.
Le buffet (façade), assez original, fut dessiné par Jacques Hittorff (architecte de l’église), en veillant à ne pas obstruer une des rares entrées directes de lumière (rosace) de cette église. Il comporte 161 tuyaux de montre, dont 111 dans la façade principale et 50 dans les faces latérales.
La console (endroit où l’organiste joue) était située au milieu des deux buffets (sous la rosace). Elle est aujourd’hui dans une des tribunes latérales.

A. Cavaillé-Coll considérait cet orgue comme l’un des plus beaux qu’il ait jamais réalisés, et le plus novateur :
- composition originale : voix céleste, gambe 16 au G.O. , basse-contre 16 (jeu à anches libres) à la pédale, jeux harmoniques (8 dans l’orgue), …
- innovations et complexités mécaniques : triple laye au G.O. , accouplements en cascades, utilisation et adaptation des machines Barker, 1ère utilisation des « sommiers à pistons », application de doubles parois en verre à la boîte expressive du récit …

En 1854, Aristide Cavaillé-Coll reçut la « grande médaille d’or » de la Société d’Encouragements pour toutes les innovations mises en œuvre dans la construction de cet instrument.

Photo du grand orgue avec la rosace

La renommée de cet orgue était telle qu’elle attira de nombreux organistes de France et d’Europe.
L’Ecole Niedermeyer organisait sur cet orgue des concours d’orgue.
César Franck, Jean Nicolas Lemmens, Charles Gounod, Franz Liszt (qui a été paroissien de Saint-Vincent-de-Paul), Charles-Marie Widor, Léon Boëllmann (qui fut titulaire des deux orgues, de 1887 à 1897) avaient grand plaisir à venir jouer et improviser sur l’instrument de Saint-Vincent de Paul, ou à y donner des cours et des auditions.

L’orgue a fait l’objet d’une importante restauration en 1970, confiée à la manufacture Hermann, puis à la maison Danion-Gonzalez.
Tout en conservant l’essentiel de la tuyauterie, cette restauration a consisté à ajouter à l’orgue des jeux néo-classiques et à étendre l’étendue des claviers, permettant à l’orgue d’aborder tous les répertoires, et à rendre la transmission électrique.
Il est désormais composé de 66 jeux et comporte 4649 tuyaux, dont 116 en façade.

La Mairie de Paris ( Direction des Affaires Culturelles ) a décidé en 2009 de procéder à une importante rénovation du grand orgue, avec l’aide financière de la Paroisse : remplacement du combinateur, réfection de l’équipement électrique, remplacement de la traction des jeux, relevage de plusieurs tuyaux affaissés, mise en service du 4è clavier,… redonnant une nouvelle jeunesse à l’instrument.

la soufflerie du grand orgue
la soufflerie du grand orgue : autrefois elle était actionnée par deux personnes (voire les deux pédales en bas à gauche)

Composition du grand-orgue actuel rénové

Aristide Cavaillé-Coll (1852) ; J. Hermann et G. Danion–Gonzales (1961-70) ; DAGASSIES (2009)

4 claviers de 61 notes et pédalier de 32 notes. Transmissions électriques. 66 jeux

Tir en 8 et en 4, tous les accouplements en 8 et GO/BOMB 8, Pos/GO 16, Rec/GO 16, Bomb/GO 16, Rec/GO 4, Sostenuto, Soprano IV/I, coupure péd.
Combinateur, expression Pos, Rec et pedale de crescendo

Les nouveaux jeux sont indiqués en italique.

1. Grand-Orgue2. Positif expressif3. Récit expressif4. BombardePédale
Bourdon 16Bourdon 16Quintaton 16Montre 16Bourdon 32
Bourdon 8Bourdon 8Bourdon 8Montre 8Soubasse 16
Flûte harmonique 8Flûte harmonique 8Diapason 8Grosse QuinteBourdon 8
Salicional 8Salicional 8Flûte harmonique 8Grosse tierceFlûte 16
Flûte 4Principal 8Gambe 8Bombarde 16Flûte 8
Prestant 4Unda maris 8Voix céleste 8Trompette 8Flûte 4
Quinte 2 2/3Principal 4Principal 4Clairon 4Gambe 16
Octavin 2Flûte douce 4Flûte octaviante 4Basson 8Gambe 8
Tierce 1 3/5Quinte 2 2/3Nazard 2 2/3Gambe 4
Fourniture VDoublette 2Octavin 2BOMB/16Plein-Jeu V
Cymbale IIITierce 3 1/5Tierce 1 1/3BOMB/4Bombarde 16
Larigot 1 1/3Plein-Jeu VAnnul. 8Trompette 8
GO/16Plein-Jeu IVCymbale IVClairon 4
Trompette 8Bombarde 16
Clairon 4Trompette 8
Cromorne 8Clairon 4
Cor anglais 8
POS/16Voix humaine 8
TrémoloJeux neufs de la maison Gonzalez
REC/16
REC/4
Annul. 8
Le petit orgue ou orgue de choeur

L’Orgue de choeur

L’orgue de chœur, dont le rôle était l’accompagnement des chants et de la maîtrise (ou des chœurs) durant les offices, fut commandé en 1856 par le Conseil de Fabrique à Aristide Cavaillé-Coll (qui venait de construire le grand-orgue en 1851). Il fut réceptionné en 1858 et se situe derrière le Calvaire, permettant une double utilisation aussi bien dans la chapelle de la Vierge que dans la nef.

Il possède 20 registres répartis sur 2 claviers et un pédalier.
La transmission est mécanique et sa composition est restée inchangée depuis l’origine (outre le pédalier qui a été remis à une norme plus commune de 30 notes).

Information sur l’organiste actuel, Pierre Cambourian et ses prédécesseurs

Prochain concert dans l’église

Page mise à jour le : jeudi 2 septembre 2010
Retour à l'accueil - Plan du site - Site mis à jour le 27/04/2017
Contacter le webmaster - Mentions légales - Espace privé - site realisé avec SPIP